Accueil > Vie lycéenne > CVL > Commémoration du 11 Novembre 2015

Commémoration du 11 Novembre 2015

dimanche 10 janvier 2016, par Mme Charlier

Mairie du Vésinet le 11/11/15

Les Vésigondins sont réunis pour écouter l’hommage aux morts fait par M Le Maire, M le représentant de Hunteraching, ville allemande jumelée avec Le Vésinet, ainsi que par les représentants des communautés catholiques et juives. Un orchestre joue. Des pompiers, soldats, anciens soldats et porte drapeau sont en lignes, droits et fiers.

M Le Maire débute par un rappel des atrocités de la guerre et par sa genèse. Il fait aussi un hommage aux combattants d’outre mer et français. A ceux qu’il ne faut pas oublier. Un homme est décoré pour sa bravoure et son courage. Il insiste sur le fait qu’il est un devoir de se rappeler de nos blessés, de nos morts, de nos déportes, des combats.

Puis vient le lever de drapeau, le salut aux couleurs de la France. L’hymne national fait échos aux paroles du maire. Les deux maires, le monde politique du Vésinet ainsi que deux élèves du lycée Alain déposent les gerbes de fleurs devant le monument aux victimes de la guerre.

Un autre discours dit qu’il faut « dénoncer les atrocités pour ne jamais revivre cela » et qu’« il faut est un devoir d’accompagner les enfants dans un jugement éclairé ». Cette tirade est soutenue par une citation du célèbre Charles De Gaulle : « est-si difficile la paix, la tolérance ? » La fin de ce discours est une phrase qui retentit encore dans ma tête et qu’il ne faut en aucun cas oublier : « il nous faut chaque jour être vigilant, pour construire un avenir meilleur. »
Vient enfin le discours de M Le Maire de Hunteraching . Dans ce discours, il nous fait part de son espoir de ne plus jamais connaître une guerre telle que cette guerre insensée. Puis, une phrase forte : « la paix est plus difficile à gérer que la guerre, il faut réussir à préserver la paix.. » Il termine son discours par la triste et déplorable constatation que la nouvelle guerre à laquelle nous devons faire face est celle du terrorisme.

Après le discours des représentants des différentes communautés religieuses du Vésinet, les soldats se mettent au garde-à-vous. Le maire sert les mains des vétérans et de nos combattants d’aujourd’hui en signe de remerciement.
La cérémonie est terminée. Chacun rentre chez lui, en se disant qu’il ne faudra jamais oublier les victimes de cette boucherie, et que nous devons tirer des leçons de nos erreurs.

Paul Robert

Portfolio